Le Cri d‘Antigone | Le Phare à Lucioles

Il s’agit d’un procès. Ou alors plus simplement d’une question… C’est quelque chose qui s’ouvre, qui porte à réfléchir collectivement. Un débat lancé et mis sur la place publique. Avec ses rebonds, ses dérapages, ses éclairages aussi… C’est un opéra de route, un fable intemporelle posée là pour un instant.

C’est le procès que fait Antigone à ses créateurs, au monde, à la suprématie masculine, au féminisme aussi, à tout ce qui a fait d’elle ce qu’elle est à nos yeux de contemporains, sans jamais ni le vouloir ni le chercher.

Figure emblématique d’une forme d’insoumission à la puissance et à la loi des hommes, elle revêt aujourd’hui une signification toute particulière. A travers les époques, ce sont pourtant principalement des hommes qui l’ont façonnée, écrite, peinte et mise en scène : Sophocle, Lytras, Norblin, Dupré, Hölderlin, Honneger, Orf, Cocteau, Anouilh, Brecht, Rzewski, Bauchau…

Antigone souhaitait-elle réellement revêtir ce masque de l’insoumise ? Sa posture de femme qui dit non et refuse l’ordre établi n’est-elle pas la vision des seuls hommes ? Une vision empreinte de condescendance, de désir, de refoulement ? Nous convoquons Antigone pour qu’elle parle, qu’elle dise sa colère, que son cri enfin éclate…

L’équipe

Loïc Guénin, composition, direction artistique, co-mise en scène, percussions, électroacoustique
Anne Monfort, co-mise en scène
Vincent Lhermet, accordéon
Élise Chauvin, voix
Éric Brochard, contrebasse, patch et informatique musicale
Alice Piérot, violon
Fabrice Favriou, guitare électrique et pédale d‘effets
Thierry Llorens, régie générale
Vincent Beaume, création et régie lumière
Yoann Coste, création et régie son

Vincent Lhermet, accordéoniste